Mots voyageurs: les nouveaux mots de la langue française.

Ville imaginaire du peintre Haïtien Préfète Duffaut (1923-2012). nouveaux mots de la langue française mots langue française.

Ville imaginaire du peintre Haïtien Préfète Duffaut (1923-2012).

Les langues sont comme d’immenses villes, connectées à d’autres villes par des routes qui sont autant de moyens d’échange, de communication et de dialogue. Les mots, les expressions, les idées et les sonorités circulent de ville en ville, donnant ainsi à chaque langue une diversité de couleurs qui en disent long sur son histoire. Le Petit Robert, Robertito pour les intimes, dévoile dans son édition 2017 de nouveaux mots, apportant de nouvelles couleurs à la langue française, parfois après un voyage étonnant. Voici une petite sélection.

Commençons par  alfalfa, qui désigne une luzerne cultivée particulièrement riche en protéines et en calcium. Ce mot vient à la langue française par l’espagnol, qui lui-même l’a emprunté à l’arabe, al-fasfasa. Manger de l’alfalfa devient ainsi une aventure, surtout que le mot est rigolo.

Le mot calade est également intéressant, car celui-ci est introduit via une langue régionale, le provençal, à partir du mot calada, du verbe calar, qui signifie “abaisser”, mot dont l’origine n’est autre que grecque, khalan, qui signifie “détendre”. Un mot qui aura donc voyagé en Méditerranée et qui signifie en français une voie pentue et pavée de galets de rivière.

Autre mot venu des langue régionales, dégun, qui est un mot occitan, altération de l’ancien occitan, negun, du latin nec unus, “pas un” et signifie donc personne, “Il y a dégun dans les rues”.

Et pour ne pas rester sur notre soif, chouille, régionalisme lorrain qui provient de cheuler, qui signifie “boire, s’enivrer”, du latin vulgaire siticulare, “avoir soif”. Comprenez donc “faire la chouille” comme faire la fête. Un mot à consommer avec modération.

Quant au mot ristrette il sera employé en Suisse pour désigner un café très serré, ou, comme on dit en Italie, un ristretto, d’où le double t. On s’en souviendra.

Il y a bien entendu des mots d’origine anglaise, comme spoiler, de to spoil, “gâcher”. Autrement dit gâcher une surprise en dévoilant la clef de celle-ci. Il ne faut donc pas le confondre avec se poiler… Mais si la fête est néanmoins réussie, on pourra alors dire s’enjailler, mot argotique de Côte d’Ivoire, déformation de l’anglais to enjoy.

Les mots anglais sont particulièrement présents dans les nouvelles technologies. Vous êtes désormais autorisés à geeker toute la journée et même à troller sur les réseaux sociaux!

Par Victor Montoya.